La déforestation de l’Amazonie brésilienne atteint des sommets record

La déforestation de l’Amazonie brésilienne a bondi le mois dernier pour atteindre son plus haut niveau en mai depuis le début de la méthode de surveillance actuelle, suscitant des inquiétudes quant au fait que le président Jair Bolsonaro donne carte blanche à l’exploitation forestière, agricole et minière illégale.

La plus grande forêt tropicale humide du monde – qui est un fournisseur essentiel d’oxygène et de séquestration du carbone – a perdu 739 km2 en 31 jours, soit l’équivalent de deux terrains de football par minute, selon les données de l’agence gouvernementale de surveillance par satellite.

Bien qu’un seul mois soit trop court pour confirmer les tendances à long terme, le mois de mai est considéré comme un guide important parce qu’il marque le début de la saison sèche, qui marque le début de la plupart des feux de forêt et autres formes de défrichement.

À moins que le gouvernement n’envoie un signal clair qu’il ne tolérera pas une nouvelle accélération, les environnementalistes craignent une augmentation dans les mois à venir qui pourrait faire de 2019 l’une des pires années de déforestation de mémoire récente.

“Le gouvernement ne peut pas nier ces chiffres de sa propre agence. La question est maintenant de savoir ce qu’ils vont faire”, a déclaré Carlos Souza, du groupe de suivi indépendant Imazon. “D’ici la fin du mois de juillet, nous aurons une idée claire de l’impact des récentes mesures de démantèlement des politiques environnementales.”

Depuis l’arrivée au pouvoir de l’extrême droite Bolsonaro en janvier, il a affaibli le ministère de l’Environnement, assoupli les contrôles sur l’exploitation économique de l’Amazonie, arrêté la démarcation des terres indigènes et encouragé les intérêts miniers et agricoles à se développer dans la région.

Depuis que le président a critiqué la principale agence de contrôle du gouvernement en tant qu'”industrie des amendes”, elle a infligé moins de sanctions qu’à aucun autre moment en 11 ans et le nombre d’opérations de contrôle a diminué de 70% par rapport à l’année dernière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *